06 83 06 22 19

Marc Jonas
conseil@chemins-vignerons.com

Le marketing émotionnel : un outil privilégié pour l’œnotourisme

La société change. Les rapports sociaux, les moyens de communication, les outils, les besoins, les repères… conditionnés inconsciemment par nos émotions, caractérisent notre société du 21ème siècle et la perception que nous avons de nous même.

 

Vers de nouvelles valeurs 

Au sortir de la 2ème guerre mondiale la notion de QI est devenue une valeur sociétale, excessivement portée aux nues.
Cela fait une vingtaine d’année que le concept de QE (quotient émotionnel) vient équilibrer l’impérialisme du QI.

Les moyens scientifiques ont confirmé les recherches psychologiques et de nouvelles disciplines sont apparues comme le neuromarketing qui permet d’améliorer l’efficacité commerciale en prenant en compte les dimensions cognitives et comportementales de l’émotion, l’attention et la mémoire.

Qi versus QE

Qi versus QE

Ainsi en comprenant le fonctionnement du cerveau on peut définir de nouvelles méthodes et stratégies de ventes qui fusionnent particulièrement bien avec la pratique de l’œnotourisme.

On considère que 80% du succès à des sources psychologiques, les 20% restant seraient d’origine technique. Le parallèle avec le monde du vin est confondant ; on sait bien que l’image du vin représente une grande part de sa qualité.

 

L’intelligence émotionnelle devient une arme commerciale

L’utilisation de ces nouveaux savoirs vont servir pour aider à mémoriser une marque en activant les capteurs sensitifs, à permettre de comprendre intuitivement un terroir en visitant une appellation, en fidélisant de futurs consommateurs, en offrant une prestation qu’ils percevront comme unique…

Le vigneron, plus que tous les autres intervenants de la longue chaîne de l’œnotourisme, est la profession qui a le plus à gagner à intégrer cette notion de marketing émotionnel, pour peu qu’il désire investir dans l’humain.

Le plaisir et l’impulsion dominent le rationnel, c’est une grande découverte de la neuroscience – cela résonne étrangement avec le vin qui fonctionne de la même façon comme le savent bien ceux qui ont appris l’analyse sensorielle du vin.

One Response so far.

  1. Mireille Israel-Lang dit :

    moi qui travaille sur les vins israéliens (« de l’héritage biblique à un oenotourisme en devenir » ou plus proche de vous peut-être ?

    « boire le vin israélien: le symbole biblique comme outil marketing »)votre article m’a beaucoup intéressée et je vais intégrer votre notion de « marketing émotionnel » dans ma réflexion…Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Email
Print