06 83 06 22 19

Marc Jonas
conseil@chemins-vignerons.com

L’Œnotourisme : marché francophone versus marché international ?

Le défi de l’œnotourisme comme celui des secteurs du vin et du tourisme : c’est l’export !
Les deux marchés (vin et tourisme) sont en pleine expansion à l’échelle mondiale. La France est leader dans les deux domaines, je ne suis pas certain que nous le soyons dans l’oenotourisme ?
Le monde du vin pense l’œnotourisme à l’échelon français ; le monde du tourisme pense l’œnotourisme de façon beaucoup plus globale et internationale.

 

Recevoir des visiteurs étrangers, c’est exporter, c’est faire rentrer des devises.

Sans s’en rendre compte, le vigneron fait de l’exportation en vendant une bouteille à un Brésilien de passage. A son niveau – détaillant – à la cave, cette vente modeste ne changera guère le bilan de la journée, cependant, en cumul, l’ensemble des cols vendus lors d’une saison touristique est tout à fait considérable.

Nous pouvons considérer qu’en moyenne une bouteille peut être achetée par chaque visiteur étranger, autant d’unité « exportée ». Il s’agit d’une exportation « statique », mais réelle.

bouchon-capsule

En prenant du recul, à l’échelon de l’appellation, les chiffres peuvent être appréciables, très significatifs au niveau régional, stratégiques en cumul national.
Il n’existe malheureusement pas d’étude officielle, et pour cause…

 

En se projetant dans une perspective de communication, cet acte de vente est très important : cela permet aux visiteurs de mémoriser des logiques de productions/appellations, efficaces au stade de la production, mais très complexes pour eux à comprendre. Cela explicite les styles de vin de nos différentes hiérarchies locale, régionale et nationale.

 

L’achat fait pendant le voyage touche à l’aspect vécu/émotionnel, en activant la mémoire affective et fonctionnera en faveur d’un rachat probable dans son pays d’origine. Cette bouteille, ramenée à Sao Paulo sera ouverte religieusement et offerte aux amis dignes de l’apprécier. Le bouche à oreille fonctionne aussi à 10000 km de là !

Dégustation chez Ogier à Châteauneuf du Pape

Dégustation chez Ogier à Châteauneuf du Pape

Si le vigneron a déjà créé un réseau de distribution dans ces pays lointains, cette prise en compte du comportement consommateur dynamisera ses ventes au Brésil.
Dans le cas contraire, le client/touriste par ses recherches dans son pays (demandes auprès des détaillants chez lui, sites de vente…) préparera les futures démarches d’exportation et aidera au succès commercial.

 

 

Non seulement cette posture favorise la marque du vigneron, mais cela diffuse l’image d’un savoir-faire. Cela participe à la fois de la promotion d’une région viticole et d’une destination touristique du Médoc ou de la Champagne par exemple : nous sommes gagnant/gagnant. Les industries du tourisme et du vin sont des partenaires de fait : nos clients sont les mêmes.

Qui a dit qu’un vol de papillon dans l’hémisphère sud pouvait déclencher un ouragan dans l’hémisphère nord ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Email
Print