06 83 06 22 19

Marc Jonas
conseil@chemins-vignerons.com

Une question de modèle

Depuis le grand élan de la mondialisation du vin dans les année 80, on parle souvent de styles de vin, de courants de production… une forme de compétition entre Vin de l’ancien monde contre celui du nouveau monde, qui semble t-il est encore à l’avantage de l’Europe ! Ce débat fait toujours rage et je pense qu’il est encore loin d’être clôt.

 

Si l’on observait ces deux mondes du vin sous l’angle de l’art d’accueillir dans un établissement viticole, le paradigme s’inverserait : le modèle est à chercher hors d’Europe.

Le nouveau monde s’applique à faire les meilleurs vins possibles, et il progresse sans cesse. En revanche l’art de développer des services autour du métier initial de vigneron atteint des sommets qu’en France nous devons observer attentivement !

 

L’accueil devient une stratégie d’entreprise

Il ne s’agit pas seulement d’investissements et d’échelles budgétaires, un bon opérateur œnotouristique n’est pas systématiquement celui qui va développer un programme de plusieurs centaines de milliers d’euro pour installer un restaurant ou un hébergement.
Nous parlons plutôt de posture : mettre en place une stratégie d’entreprise englobant l’accueil dans son ADN.

Faire du domaine un centre de vie, un espace ouvert (selon les possibilités de chaque cave) donnant l’opportunité à tout visiteur de s’approprier le rêve que le vin procure, la mémoire de la ruralité, le romantisme des paysages, la nature au travers des saisons, la technicité, les plaisirs de la gastronomie…

Réaliser un accueil de qualité reste le métier principal de l'Oenotourisme !

Réaliser un accueil de qualité reste le métier principal de l’Oenotourisme !

La cave peut devenir un support pour développer toute une collection de services, génératrice de revenus directs, indépendamment de la vente des vins, qui sera amplifiée bien sûr par la fréquentation.

Être un bon vigneron n’empêche pas d’être un bon entrepreneur, les exemples et les success stories sont nombreux. Emile Guigal, Louis Latour…sont devenus de véritables légendes qui ont été fortement valorisées.

 

Inclure le tourisme dans le champ des activités d’une cave n’est pas vendre son âme au diable, et cela n’empêche surtout pas de produire des vins encore plus fins, au contraire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Email
Print